Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 13:19

 

Noël 1959. Pour mon cadeau, je suis inscrit à un cours de perfectionnement de ski qui commence le 26 décembre. Le 27 au matin, réveillé avant les autres, je pars faire du ski et je me casse une jambe.

Pas de chance… ! Si…

Le stage ayant été remboursé et comme c’est mon cadeau de Noël, je peux disposer de cet argent que j’affecte aussitôt à des leçons de pilotage.

 

 

Ma jambe ressoudée et le beau temps venu, je vais avec mon copain Robert, qui lui aussi veux subir une initiation au vol, sur le petit aérodrome de Prangins–La Côte à 20 kilomètres de Genève.

Là nous faisons la connaissance de Bernard Progin, le chef-pilote qui nous donnera des leçons, non officielles, car l’âge minimum requis en suisse est de 17 ans pour apprendre.

 

 

Après avoir épuisé mon pécule en 3 ou 4 heures de vol, je dis au chef-pilote que je reviendrai quand j’aurai l’âge, mais qu’en attendant, je suivrai ses cours théoriques du soir qu’il donne dans l’arrière-salle d’un café de Genève toutes les semaines.

 

 

Il me fait connaitre aussi un instructeur qui, sur l’aéroport de Genève, donne des cours de simulateur de vol aux instruments pour une somme modique. Monsieur Gorgerat.

 

 

Je pilote aux instruments, enfermé dans une cabine qui tourne et s’incline comme un véritable avion en suivant des " patrons ". Des suites de virages, " d’hippodromes ", en montée en descente et si je ne tiens pas bien la vitesse, cet engin décroche et part en vrille comme un vrai, l’instructeur doit le stopper à la main, ce qui m’est arrivé quelquefois.

Ces cours vont me sauver la vie, la mienne et celle de trois de mes élèves au cours d’un vol mémorable. Nous verrons cela plus loin.

 

 

Parallèlement, je suis tous les cours du soir de Bernard Progin pendant un an .

Un pilote me vend une radio qui me permet de suivre le trafic aérien de Genève-Cointrin, l’aéroport international. Les arrivées d’avion de ligne sont très espacées, pas comme aujourd’hui où sur tous les aéroports un peu importants, les avions se suivent à quelques minutes. J’écoute les approches de jour et de nuit et j’essaye de m’imaginer aux commandes d’un de ces avions. Je les suis depuis l’arrivée dans la zone d’approche radar, puis en final après le transfert de fréquence avec la tour.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans MES VOLS - DEBUT DE CARRIERE
commenter cet article

commentaires