Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 13:59

Versailles – 1er G.A.L.A.T. Mon escadrille.

    L’entrainement des pilotes passe aussi par le vol " basse altitude ". Ces vols sont interdits aux aéronefs civils, mais sont nécessaires en opération. L’ALAT aujourd’hui envoie ses .pilotes hélicoptères se perfectionner aux " vols tactiques ". Essentiellement des vols en " rase-motte ". Ce genre de vol est dangereux, nous sommes toujours avec un de nos instructeurs en place arrière.

    Aujourd’hui nous faisons un triangle de navigation. Piloter en surveillant les obstacles comme les lignes électriques et regarder la carte en même temps est délicat. Si on regarde la carte quelques secondes de trop tout en ayant une petite impulsion involontaire, même faible, sur le manche vers l’avant, on risque de perdre le peu d’altitude et se retrouver dans les arbres.

L19-213cv.jpgJe mouille ma chemise. J’attends un repère caractéristique pour me recaler, car depuis quelques minutes je ne sais plus où je suis.  Paumé. Je continue au dernier cap, je ne cherche plus à me positionner, la zone d’incertitude est trop vaste pour que je songe à me plonger dans la carte, j’attends un bon repère bien caractéristique, tels une grande route nationale, ligne électrique, un village assez grand pour le repérer rapidement.

Tout à coup j’arrive sur un super repère, " le repère " caractéristique pour se positionner instantanément. Nous arrivons, toujours à vingt mètres sol à la hauteur des queues de Boeing KC 13 5 et d’Hercules. Nous survolons l’aérodrome d’Évreux, base militaire occupée à cette époque par les Américains. De Gaulle ne les a pas encore priés de faire leurs bagages.KC-135c

" Ne te retourne pas, continue au cap, reste en basse altitude ".

Je me rends compte que mon instructeur lui aussi est perdu…momentanément… !

CC-130-HERCULES-r.jpg

 

 

Un coup d’œil à gauche et à droite, juste un Hercules en finale, pas très loin de nous, mais il n’y a pas risque de collision, je traverse la piste, l’Hercules nous fait des appels de phares.          Évidemment, nous n’étions pas attendus, probable même que les radars militaires US ne nous ont pas vus compte tenu de notre très faible altitude. C’est à ça que ça sert le rase-motte… !

    Notre avion est peint aux couleurs militaires avec la cocarde française sur le flanc.Nous n’en parlons à personne en rentrant, et personne ne nous en parlera non plus par la suite. Les Américains n’ont pas fait de réclamation.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans MES VOLS - DEBUT DE CARRIERE
commenter cet article

commentaires