Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 17:17

      Avec Lewis, Jean-Marie Bonnavent, le surnom donné à mon meilleur copain de l’époque et pas seulement, car nous avons passé de sacrés bons moments ensemble, depuis nos classes jusqu'à l'escadrille,  surnom pour ses imitations de Jerry Lewis,  nous demandons à faire un stage militaire para.

     Nous volons avec un parachute sur le dos, il faudrait peut-être savoir s’en servir, sait-on jamais.
       Pas question, il faudrait s’engager définitivement dans les paras.  
      Nous optons pour un stage civil.    Pas facile d’avoir l’autorisation, mais nous finissons par l’avoir avec une semaine de permission.
     Avant le stage nous avons suivi les exercices au sol et les séances de pliage, dépliage et repliage des parachutes.


    L’avion qui nous largue est un De Havilland  " Dragon rapide "

 De Havilland Dragon Rapide 2x 204 cv

(photo Wikipédia)

 

 

      
        Pour sauter il faut d’abord monter sur l’aile, s’accrocher derrière le moteur gauche, puis se retourner face à la queue et sauter en position cambrée, la position " banane " qui n’est plus utilisée maintenant. Les paras sautent en " étoile ", bras et jambes écartés. Moins évident que de sauter directement par une porte au-dessus du vide.


      Comme tout le monde pour un premier saut, nous avons un peu les " chocottes " comme on dit. Mais prémédité ou pas, l’instructeur fait sauter en premier deux filles dont c’est aussi le premier saut.              

Pas question de se dégonfler.

 

 

       Le plus grand risque que je prends au cours de ce stage, c’est en osant bavarder avec une fille, jolie, au bar du club. Elle attend son ami, para lui aussi, qui vient d’arriver et installe ses affaires dans la chambrée.
      Quand il me voit " draguer " sa copine, il vient vers moi avec un air redoutable en me prenant par les vêtements.
  ange-blanc     Lui, c’est un catcheur célèbre, " le bourreau de Béthune " Marc Meurin, qui monte toujours sur le ring avec une cagoule qui lui donne un air terrible.
      Pour finir, il me relâche, mais je ne saurais jamais si son coup de colère était de l’humour pince-sans-rire ou pas. 
      Mais c’était un très chic type, ancien catcheur, sous le nom de scène de " Freddy, puis garde du corps de Jean-Marie Le Pen, conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais. Secrétaire départemental du FN Nord-Flandre.

Dans les années 50-60, les combats entre l’Ange blanc et lui sont renommés. En réalité, dans le passé, le bourreau de Béthune était le bourreau d’Arras qui se déplaçait à chaque exécution.
     Au cours d'un saut, il fait une mauvaise roulade et sa tête heurte violemment le sol, le casque est fendu, pourtant, ils sont à toute épreuve. Apparemment il a la tête vraiment dure et l'habitude de prendre des coups. Alors le catch... du chiqué  ?

 

Il y a un peu de casse, nos parachutes ronds ne se manoeuvrent pas comme ceux aujourd'hui, on se reçoit quelquefois un peu lourdement.


Lewis à aussi eu un incidents d'ouverture, une des suspentes se prenant dans une boucle de rangers, il s'est retrouvé en descente la tête en bas, mais a pû se dégager avec l'atterrissage.

 


 

     



 

Nous ferons, Lewis et moi au cours de ce stage notre brevet élémentaire en ouverture automatique, du parachute ascensionnel et quelques sauts en chute libre.


     Je suis retourné à la ferté Gaucher en weekend, j'y ai fait encore quelques sauts, mais hors stage, je n'y ai pas retrouvé une très bonne ambiance et j'ai arrêté là le parachutisme.

 

 

 

 

 

 

 

publié le 07.01.2007

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans MES VOLS - DEBUT DE CARRIERE
commenter cet article

commentaires