Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 17:45

 

     Comme je prépare le monitorat de vol à voile, je passe pas mal de temps avec la section planeur et je vole le plus possible en solo à faire des petits circuits de navigation.

     Je vois souvent les pilotes en retour de navigation passer à toute vitesse en rase-mottes sur la piste avant de passer en vent arrière pour l’atterrissage, histoire de gagner du temps sur le circuit pour améliorer la moyenne.
     De retour d’un circuit, je vais faire la même chose, j’arrive au maximum de la vitesse de mon planeur, je passe au-dessus du mur qui borde le terrain en entrée de piste, passage bas sur l’entrée de piste et montée en virage vers la vent arrière….
                    Et là… ! je me fais une belle trouille… ! 
        Je n’ai pas encore intégré, dans mes connaissances nouvelles en matière de vol à voile, la finesse des planeurs.
        Je vole sur une machine ancienne et pendant la ressource en virage j’ai perdu toute ma vitesse. 
         Je suis à la limite du décrochage. 
         Je finis le virage au " buffeting ", c’est-à-dire que la machine vibre avant de décrocher complètement.
         Face à la piste, je vise le sommet du mur que je crains bien d’emplafonner. Il y a même des barbelés au sommet du mur, Orléans-Saran était une ancienne base américaine d’avions légers et d’hélicoptères.  
       Coup de chance, baraka, ça passe… ! juste… !

 

Mes congés de 1972 et de 1973 sont consacrés aux deux stages d’instructeur planeur, l’un à Saint Auban sur Durance, l’autre à La montagne Noire dans les Pyrénées. 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans MES VOLS - DEBUT DE CARRIERE
commenter cet article

commentaires