Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 20:49

Dax sera une période très " zen ". Ici on baigne dans l’ambiance aéronautique tant au club qu’au sein de la base militaire. Rien n’a changé depuis mon séjour en stage de pilote militaire. Geo le mécano est toujours là. Michel Baurin aussi et le Président, Jean Puyo est très bien. Un jour il me téléphone pour que je prépare son avion, un monomoteur Gardan, en me priant de l’accompagner avec mon épouse à Tarbes. Nous déjeunons au restaurant de l’aéroport, une très bonne table. À la fin du repas, il me dit :
" Sais-tu pourquoi je t’ai fait venir ici avec ton épouse ? " 
" Non, mais nous apprécions beaucoup votre invitation ".
" Eh bien… je trouve que tu ne gagnes pas assez bien ta vie au club et je veux te proposer une augmentation ! ".
Véridique !   Il faut dire que je me démène beaucoup, je consacre beaucoup de temps à l’aéroclub. Réalisation de bulletins de liaison, cours du soir, présence quasi permanente du matin au coucher du soleil six jours par semaine et je ne récupère même pas les jours fériés travaillés. Comme à Orléans, toujours la même passion de l’instruction, mais il faut bien le dire, au détriment de la vie de famille. Mon épouse s’est trouvée un peu abandonnée pendant ces années d’aéroclub.

Les samedis soir je fais régulièrement un atterrissage en campagne en planeur avec un élève pour le familiariser à la prise de terrain en campagne. Je choisis un champ proche du terrain et avec l’accord du propriétaire, nous faisons des grillades à côté du planeur avec tous les membres du vol à voile. Ça donne une bonne occasion de festoyer, de rigoler tous ensemble et de faire la démonstration d’un dépannage avec le démontage du planeur et son retour au terrain sur une remorque.

 

Je continue à voler beaucoup aussi bien en vol moteur qu’en vol à voile, mais aussi en vol en montagne dans les Pyrénées et en voltige, nous avons deux Stampe. Je fais de l’instruction voltige et je me perfectionne suffisamment pour que l’on m’envoie faire des présentations au-dessus de villages qui ont demandé, moyennant finances, une démonstration pendant la fête locale. Nous sommes loin des contraintes actuelles. Il n’y a rien à demander aux autorités aéronautiques et les consignes de sécurité sont inexistantes, ce qui permet de faire des figures très bas sur le public qui bien sûr ne peut que mieux apprécier les évolutions de l’avion.

Avec Michel Baurin nous faisons des entrainements en vol à basse altitude sur le dos dans la campagne, celui qui ne pilote pas assure la sécurité en étant plus attentif aux obstacles. Grisant… ! Baurin est un ancien de la patrouille de voltige de l’ALAT, à ce titre il a participé aux championnats du monde de voltige à Bilbao dans les années soixante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La base est toujours aussi cool avec les pilotes du club. Il suffit de les avertir de nos intentions, nous sommes toujours sans radio sur la plupart des avions, pour que nous puissions donner libre cours à nos talents de voltigeur, dont des passages bas sur le dos et des tonneaux au-dessus de la piste.

Chaque année le club est associé aux " portes ouvertes " de la base aérienne. Nous faisons notre démonstration de voltige et j’ai préparé une chasse aux ballons. Le jeu consiste à crever avec l’hélice des ballons gonflés à l’hélium qu’un assistant au sol libère les uns après les autres. C’est l’occasion de manœuvres spectaculaires, de piqués ou de remontées en chandelles, de virages ultras serrés à la limite du décrochage. Puis, final par un piqué sur l’assistant qui tient les ballons sur la piste pour le faire coucher et lui faire lâcher d’un coup tous les ballons restants. Le public adore.

 

 

La veille nous faisons une répétition. Pour le décollage, je prévois de faire ce que m’a fait Henri Giraud 10 ans auparavant : Décollage avec bonne prise de vitesse et montée en chandelle brutale avant de piquer sur la piste et faire une nouvelle chandelle. Je n’ai prévenu personne de mes intentions. Michel Baurin, toujours militaire est aux côtés du Colonel de la base. Au moment où je suis en chandelle, tous deux imaginent le pire et pensent à un crash. À mon retour, le Colonel n’est plus là, mais Baurin m’informe que la chasse aux ballons est maintenue à condition que je supprime mon décollage acrobatique… !

C’est fini ce genre de vols, sécurité oblige, les spectateurs sont très éloignés des axes de présentation, il faut respecter des altitudes de sécurité et ne jamais faire face au public.

L’ALAT fait une très brillante démonstration de voltige en patrouille avec les trois " Nord 3202 " et aussi avec sa patrouille hélicoptères en " Alouette II " qui surclasse tout ce que j’ai vu dans les meetings avec des hélicos. Démonstration avec les " Bell " décorés de façon très originale.

Viennent aussi les chasseurs de l’Armée de l’Air qui font des présentations impressionnantes. Très impressionnant de voir et d’entendre brutalement un avion de chasse, dans le bruit déchirant de son réacteur lorsqu’il arrive sur vous en rase-mottes à quelques mètres seulement au-dessus de votre tête et à une vitesse presque supersonique. Le commentateur du meeting vous prévient de son arrivée : vous voyez un point qui grossit rapidement, silencieusement, et ce n’est que lorsqu’il arrive très proche de vous que le bruit vous explose dans les oreilles, mais aussi dans les tripes parce que ce bruit vous fait vibrer, fait vibrer le sol, tant il est puissant.

 

 

 l'hélicon ne couvrira pas le bruit des réacteurs

 

passage d'un Transal

La patrouille des Nord 3202 dont 3 feront une brillante démonstration.

 

 

 

 

 

 

Après les présentations, le club fait le plein de baptêmes de l’air jusqu’au coucher du soleil.

 

Bonne journée aéronautique.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans MES VOLS - DEBUT DE CARRIERE
commenter cet article

commentaires