Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2007 7 05 /08 /août /2007 12:02

Voler en montagne,

c’est tout à la fois : frôler le ciel, les sapins, la neige et les rochers

Cette partie de mon expérience aéronautique a été passionnante à tous points de vue. J’ai eu la chance de voler avec Henri Giraud, une légende de l’aéronautique, le seul à s’être posé sur le Mont Aiguille en 1957 et sur le Mont Blanc en 1960. Puis j’ai fait de l’instruction sur avion au sein d’un aéroclub d’abord et en ULM ensuite.

 

 

Membre de l’AFPM, j’ai créé et j’anime encore, le site internet des pilotes de montagne. Pilote avion et ULM, le bureau de l’association m’a délégué auprès de la FFPLUM pour créer un label montagne, il devenait nécessaire d’encadrer un peu les ulmistes suite à de nombreux incidents en vol, c’est ce qui m’a amené à rédiger un petit guide qui, au fil des mois, est devenu un livre de 200 pages, illustré de très nombreuses photos et accompagné d’un DVD comportant plus de 80 clips vidéos de séquences de vol, d’atterrissages et de décollages en montagne.

" Le vol montagne est une discipline de haut niveau

Et la meilleure école de pilotage qui soit ".

C’est ce que dit notre président Noël Genet, dans la préface de mon cours.  Il faut de la rigueur, de l’expérience, et de l’humilité devant la montagne. On apprécie d’autant plus cette activité quand on a déjà derrière soi une longue carrière et déjà maitrisé d’autres disciplines exigeantes.


" Les pilotes d’Ultra Légers Motorisés sont viscéralement attachés à la notion de Liberté .

Et ils ont raison ! Parce que Liberté et Passion sont indissociables

C’est parce qu’il est plus libre qu’il doit être plus responsable.

Le Vol en Montagne est pure passion.

Le Pilote ULM a la chance de ne pas se voir imposer toute la batterie des qualifications avion. Il doit alors compenser ce qui ne lui est pas imposé par une attitude responsable qui consiste à faire le nécessaire pour acquérir volontairement ce qu’il ne possède pas de façon innée".

 

Le président de la FFPLUM met lui l’accent sur l’esprit libériste des pilotes Ulm et souhaite qu’ils abordent la montagne avec précaution.

 

Comme la plupart des pilotes de montagne, je ne suis pas particulièrement timoré, mais dans ce domaine, j'agis avec une extrême prudence.

 

Grande rigueur dans la méthode et grande précision dans le pilotage dans un environnement sans référence d’horizon ne s’apprennent que sur le terrain. Les accidents de pilotes " avion " sont nombreux malgré une formation rigoureuse et un cadre règlementé, et, malheureusement, ces dernières années, des morts, trop nombreux, ont endeuillé notre belle activité.

 

Pilote avion, la qualification montagne est obligatoire pour utiliser les altisurfaces et l’extension neige habilite à la pratique sur skis, sur altisurfaces et glaciers.

Pilote ULM, aucune qualification n’est requise, mais la capacité de nos machines à se poser court ne nous met pas à l’abri des erreurs de jugement en finale. Les causes d’accidents résident surtout dans le défaut d’appréciation de l’environnement.

 

Le pilotage d'un avion ou d'un ULM dans les sites de montagne et haute montagne sous-entend que c'est l'affaire de pilotes confirmés, au jugement sûr, au pilotage précis, avec un bon sens des responsabilités, capables de prendre des décisions, surtout celle de renoncer quand il y a doute.

 

Pour pratiquer les atterrissages en montagne l'été, il n'est requis aucun équipement spécifique. Presque tous les avions légers peuvent se poser en altitude. Altitude qui ne dépasse généralement pas les 2 000 m pour les sites d'été, mais qui atteint 3 500 m l'hiver sur skis.

 

Chaque altiport fait l'objet d'une autorisation distincte sur roues ou sur skis.

L’atterrissage sur altisurfaces fait l’objet de la qualification montagne.

Atterrir sur un glacier est pour la plupart des pilotes avion comme la quête du Saint Graal ! Entrer dans le domaine de la haute montagne… quoi de plus grisant… ! Quitter la vallée, se poser et piqueniquer , après un vol court , sur la neige des glaciers entre 3000 et 3500m avec devant soi un panorama d’une beauté incomparable est un réel privilège.

 

 

 

Ce privilège, je l’ai exercé depuis de nombreuses années, partageant mes vols entre mon épouse et mes élèves.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans VOL EN MONTAGNE
commenter cet article

commentaires