Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 10:00

1976, je suis à destination du Havre avec quelques passagers dont un qui est en place copilote, ce qui est admis pour les avions de moins de 10 passagers.

 

Le paquebot " France " est encore à quai dans un bassin désert du grand port du Havre. Sardou chante sa désespérance, comme beaucoup de français, de voir rouiller ce fleuron de notre patrimoine maritime.

 

Quand il fait beau, l’aérodrome étant très proche, je fais en sorte de survoler la ville et le port, petit détour toujours apprécié par les passagers. Je commute le micro sur " annonce passager " et je fais mon petit commentaire touristique.

Je reviens sur " émission ", toujours en liaison avec Paris contrôle, et absorbé par la trajectoire d’arrivée, je ne vois pas mon passager-copilote qui a pris le micro de son côté et qui croit lancer une plaisanterie à ses collègues en cabine. Comme j’ai déjà dû le dire, sur un avion de moins de dix passagers, on peut voler seul avec un passager en place copilote.

 

" Ici le commandant de bord, le moteur droit est en feu et le moteur gauche est en panne… "

" Radar…quel est l’avion qui s’annonce en panne…avion en emergency répétez…. " ! ! !

 

J’ai bonne mine, le message est passé sur les ondes.

Je m’explique en quelques mots avec le contrôle, pas de problème, mais maintenant pour mes autres vols, je range le micro dans un tiroir.

 

Au cours d’une arrivée identique, je fais mon petit commentaire habituel, " pôvre France qui rouille dans son dock " etc. Sauf que cette fois, j’ai mal commuté le micro et je suis toujours sur la fréquence radar.

À la fin de mon annonce, j’entends le contrôleur le dire :

" Merci pour la visite, c’était très intéressant… " ! ! !

 

Ce genre d’erreur n’est pas rare, on entend assez souvent des messages qui ne devraient pas passer sur les ondes.

 

J’ai même entendu une nuit, relativement tard, mais ce n’était pas une erreur de fréquence, une femme contrôleuse parler à un pilote, son mari, en lui expliquant les courses qu’elle avait faites dans la journée. Pour un peu on aurait su ce qu’il y avait dans le réfrigérateur pour son retour.

 

Il nous est arrivé plus d’une fois d’être en vol dans le même secteur que ma fille et son mari, nous nous sommes même retrouvés au même point de passage à des niveaux différents pour une approche sur le même aérodrome. Au cours d’un de ces vols, nous avons échangé nos salutations :

 

" Bonjour papa, bonjour maman ".

" Bonjour Virginie, bonjour François "

et

" Ici Air France N°……Sachez qu’il y a des gens qui travaillent sur cette fréquence… " ! ! !

" Bonjour monsieur, sachez que vous venez d’entendre une famille de 4 pilotes qui travaillent eux aussi… ( c’est vrai que ce n’est pas très courant)  Vous n’échangez jamais un bonjour avec un collègue… "  ?

Et toc pour Air France ! ! !

 

Quand il n’y a pas beaucoup de trafic, quelques mots personnels s’échangent souvent. Il m’est arrivé de dire à une femme contrôleuse…..Attention sortez vos mouchoirs … :

 

" Vous êtes la bergère du troupeau, nous sommes les brebis quelquefois égarées… "

" Ca c’est très sympa…merci à vous ".

C’était assez tard dans la nuit, j’ai senti dans sa voix une grande émotion…

 

Il y a beaucoup d’estime entre pilotes et contrôleurs. Ce n’est pas un métier facile de gérer le trafic parfois intense. Je me suis rendu dans les salles d’approche pour les voir travailler et je dois dire que je suis admiratif de les voir jongler avec les avions sur leur écran. C’est un métier très stressant, surement plus que de piloter.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans AVIATION D'AFFAIRES
commenter cet article

commentaires