Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 21:08

La coqueluche est une maladie respiratoire très contagieuse. Elle se développe par épidémie. La contamination s'opère par voie aérienne lors de contacts directs avec des personnes infectées. Dans les pays non vaccinés, la transmission se fait d'enfants à enfants. Cette maladie, considérée longtemps par erreur comme une maladie de la petite enfance, peut être sévère pour l'homme à tout âge, mais est particulièrement dramatique, voire mortelle, pour les nourrissons de moins de 6 mois et les personnes à risque telles les femmes enceintes et les personnes âgées .

À mes débuts de pilote professionnel, j’ai eu l’occasion d’emmener de jeunes enfants en altitude pour un temps aussi long que possible, les variations de pression semblant avoir un effet guérisseur. D’ailleurs, dans les régions proches de la montagne, il était couramment prescrit d’emmener les enfants en altitude. Ce sont eux en effet qui étaient les plus souvent atteints par cette maladie.

 

Au sujet de la coqueluche, j’ai lu sur le site de Wikipédia que ces baptêmes de l’air étaient évoqués, mais considérés comme une méthode folklorique. Je peux témoigner qu’après avoir fait voler pendant plus de deux heures deux jumeaux de 6 mois, avec une mère affolée, leur état s’est quasiment instantanément amélioré, leur toux disparaissant le soir même et sur prescription médicale s’il vous plait…un toubib ayant l’esprit aéronautique certainement.

Les parents m’en ont informé le lendemain et compte tenu de l’épidémie du moment, j’ai eu l’occasion de faire d’autres vols, le bouche-à-oreille ayant fonctionné.

 

Je connais au moins un toubib qui va lire ces lignes, et s’il ne croit pas en cette thérapie, je peux lui opposer que bon nombre de ses confrères ne croient pas non plus à l’homéopathie, et pourtant ça fonctionne bien.. N’est ce pas jb… ? !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre Ebrard - dans MES VOLS - DEBUT DE CARRIERE
commenter cet article

commentaires